L'importance du chapeau dans un artcile web

Chapeau pour l’article !

Le chapeau est, après le titre d’une page, un point chaud qui doit à tous prix attirer la curiosité des lecteurs tout en résumant l’article. L’accroche, elle, … accroche pour un clic sur le titre.


Pour bien commencer

Les premiers termes d’un article sont primordiaux :

  • pour les lecteurs, qui lisent en priorité les titres et accroches/chapeaux quand ceux-ci sont bien mis en évidence. Ce sont ces éléments qui vont soit les inciter à lire tout le texte, soit qui va leur suffire pour prendre connaissance du contenu (intéressant pour eux ou pas).
  •  pour les spiders des moteurs : ceux-ci lisent uniquement le texte, donc ils ne verront qu’un alignement de codes HTML.  
A faire : visualisez vos pages telles que les voient les robots : simulation de spider

Donc il est doublement nécessaire de bien les travailler afin que dès le premier “regard”  de la page, internautes et spiders (ah le doux regard du spider…) entrent de plein pied dans le sujet abordé grâce aux mots clés que vous aurez pris soin d’inclure dans la balise titre, le titre éditorial, chapeau, accroche, sous-titres…


Après le titre éditorial, le chapeau

Pour poursuivre ma petite série sur les zones chaudes en rédaction web, je vais vous parler du chapeau que j’avais abordé rapidement dans mon article sur les balises titres.

Le chapeau, c’est un court texte qui va résumer votre article.

Il est d’ailleurs conseillé de le rédiger après l’article en lui-même.

Placé sous le titre éditorial de la page et avant le contenu de l’article, il retrace les grandes lignes de votre publication en 300 caractères environ.

En le raccourcissant, vous obtenez un texte pour votre meta description.

Il est mis en évidence grâce à l’utilisation des balises H2, strong, ou em.

Il respecte, comme le contenu de l’article, la règle de la pyramide inversée : du général au détail

Le chapeau est le résumé de l’article, mais l’article doit pouvoir se passer de lui dans le sens où il doit être compris et complet sans la présence du chapeau. En gros ce n’est pas une introduction.


Quant à l’accroche…

Comme son nom l’indique, elle doit “accrocher” l’oeil du lecteur, c’est du teasing en quelque sorte.

Elle reprend un point du contenu, point important, pas un détail, ou bien elle peut juste résumer la totalité de l’article en une phrase.

Elle peut être la première phrase du contenu de l’article.

On ne va l’utiliser que lors d’affichage d’appel de l’article, en page d’accueil par exemple, ou dans une page qui montre la liste de tous les articles.

Elle est un complément au titre de l’article.

Elle est courte, une quinzaine de mots.


De l'importance du blog pour un professionnel
Faites-vous des sauvegardes régulières de votre site WordPress ?

ABOUT THE AUTHOR

De la sociologie à l'encadrement dans le commerce, du commerce à la création de sites internet et à la rédaction de contenu : mon parcours est assez atypique, et c'est certainement ce qui fait la richesse de l'expérience professionnelle que je mets aujourd'hui à la disposition de mes clients.

10 Comments

  1. Eric from Cloud Video Transcoder
    30 janvier 2013 at 13 h 07 min

    Merci Joan pour ces bonnes pratiques :) Il faut essayer d’avoir cette double approche en terme de structure et de contenu : d’un coté les visiteurs et de l’autre les spiders.

    C’est une subtile alchimie entre qualité du contenu et SEO friendly attitude ;)

    Et bien sur j’adhère à 100% sur la partie relative à l’importance de l’accroche. C’est cette phrase qui déclenche chez le visiteur l’envie de lire la suite, d’aller plus loin ! Une mauvaise accroche et vous pouvez être sur que le lecteur s’arrête là !

    Reply
  2. joanr
    30 janvier 2013 at 19 h 32 min

    Il faut essayer, et arriver à avoir ce double regard, sinon point de salut ;-)
    joanr Articles récents..Zones chaudes en rédaction web : le chapeau My Profile

    Reply
  3. web coup d'oeil
    31 janvier 2013 at 15 h 32 min

    Et oui, il est essentiel car le premier vu et lu.
    web coup d’oeil Articles récents..Community managerMy Profile

    Reply
  4. Marie
    1 février 2013 at 16 h 34 min

    Cet article est très bien expliqué.

    C’est vrai qu’on voit souvent des chapeaux qui ressemblent à des introductions. D’ailleurs par réflexe c’est comme cela qu’on écrit. Et à la lecture de ce texte je me suis dis que j’avais souvent oublié cette notion de chapeau dans mes textes.

    Marie

    Reply
    • joanr
      2 février 2013 at 8 h 42 min

      Réflexe appris à l’école d’ailleurs à grand coups de règles sur les doigts… non, j’exagère, ce temps là était (presque) révolu quand j’y suis passée ! Mais on ne lit pas une page web de la même façon qu’une page physique, la luminosité de l’écran fatigue les yeux et je pense que l’immensité de l’information présente sur le web provoque une lecture accélérée. Il faut donc fournir à l’internaute tous les éléments pour qu’il comprenne le gros de l’article sans avoir à le lire entiérement.

      Reply
  5. lereferenceur from plus d'informations ici
    5 février 2013 at 14 h 46 min

    J’ai toujours hésité à faire un chapeau en h2 un peu comme Abondance ou alors ne pas faire de chapeaux du tout.
    Peu de blog utilisent les chapeaux.

    Mais je suis tout à fait d’accord avec ton dernier commentaire. Un chapeau est très utile pour le lecteur pour voir en quelque lignes si le sujet va l’intéresser.

    Je vais ressortir mes cours d’écriture journalistique ^^
    lereferenceur@plus d’informations ici Articles récents..Un tutoriel sur le référencement vient de voir le jourMy Profile

    Reply
    • joanr
      6 février 2013 at 9 h 35 min

      Si le sujet va l’intéresser et comment il va le lire. Perso, je lis un peu en diagonale, et encore plus sur le web parce qu’on a accès à tant d’informations qu’on se sent rapidement “sous pression”. Donc un bon titre explicite, un chapeau et des sous-titres adéquats vont nous permettre d’amener l’info au lecteur même s’il ne lit pas l’article en détail, et plus si affinités….

      Reply
  6. rédaction web à Marseille
    23 octobre 2013 at 10 h 11 min

    Effectivement, la principale difficulté est de trouver le point culminent entre le robot google et l’internaute qui peut pister le texte sur-optimisé. Chapeau l’article…(Non. J’avais l’idée avant même d’avoir vu votre image…)

    Reply

Leave a comment

CommentLuv badge

This site uses KeywordLuv. Enter YourName@YourKeywords in the Name field to take advantage.

%d blogueurs aiment cette page :