06 50 57 27 48

 

La méthode Pomodoro ou comment doper sa rentabilité au travail

 

La productivité est affaire d’organisation du travail (que ce soit l’organisation physique ou l’organisation « intellectuelle ») et de concentration. La méthode Pomodoro consiste à alterner temps de travail et temps de pause afin de mieux utiliser notre cerveau.

J’ai lu ce matin un bon article sur la méthode Pomodoro sur le site du Rayon X, qui m’a fait pensé que j’avais commencé il y a quelque temps une publication sur le sujet qui est restée à l’état « en cours ». Bonne occasion donc de poursuivre sur le sujet, d’autant que le début de l’année est toujours un moment bien choisi pour prendre des bonnes résolutions !!

Qu’est-ce-que la méthode Pomodoro ?

Je suis tombée un jour, en cherchant tout autre chose sur la méthode Pomodoro, une méthode pour gérer son temps de travail par tranches. Ça consiste en quoi ?

  • pendant 25 minutes on fait une tâche, sans se disperser, bien concentré jusqu’au bout.
  • ensuite pause de  5 minutes, pour bouger, aller voir si les légumes ont poussé, caresser la tête  d’un chat, enfin du ludique en tous les cas, pour permettre de relâcher la pression.
  • au bout de 4 tranches, on fait une pause de 15 à 30 minutes, pendant laquelle on peut lire ses mails, surfer sur le net, préparer le repas, tout ça.
Rien de tout ça n’est gratuit, même si ça paraît un peu simpliste au départ je l’avoue !
Notre cerveau ne peut se concentrer pleinement que pendant un temps relativement court (il va sans dire que 25 minutes est une moyenne, à vous de tester). Donc temps de travail limité et concentré, puis pause nécessaire pour laisser quelques minutes à notre petit cerveau pour se reprendre, et on recommence. On l’a tous remarqué, lorsque l’on a un temps limité pour faire quelque chose, on est terriblement plus efficace, et plus le temps est limité plus on est productif, dans la mesure où tous les gestes et pensées inutiles disparaissent pour ne laisser place qu’à la tâche que l’on doit accomplir. En effet, la mémoire à court terme est limitée en durée et en capacité. En ce concentrant sur un et un seul aspect d’une tâche on évite de saturer notre cerveau de plus d’informations qu’il ne peut en traiter à la fois. Donc le fait de découper chaque tâche en tranches permet de se concentrer bien plus efficacement sur chaque aspect de la tâche. La pause, naturelle puisque en fin de tranche, permet de récupérer toutes nos capacités de concentration.

La méthode Pomodoro évite au cerveau de stocker trop d'informations à la fois

Comment j’utilise cette méthode ?

En fin de journée, j’organise ma journée du lendemain. J’utilise Pomodoro Daisuki, une extension Chrome, qui montre un tableau de bord qu’on peut diviser en plusieurs colonnes (les tâches globales), dans lesquelles on peut piquer des notes (les sous-tâches).  L’application m’avertit quand une tranche est terminée, minute ensuite la pause courte, et la pause longue entre 4 tranches. Ce que j’apprécie le plus c’est le minuteur en onglet, qui me rappelle le peu de temps qu’il me reste avant la fin de ma tranche, et le tableau sur lequel je peux épingler mes sous-tâches de la journée.

 

J’avoue avoir eu du mal au début, mais très vite j’ai vu les avantages de cette organisation :

  • je travaille mieux parce que je me disperse moins
  • je mémorise mieux ce que j’ai fait et ce qu’il y a à faire (ça vient de l’habitude de découper mon travail en plusieurs sous-tâches)
  • le sentiment de travail accompli en fin de journée est très agréable !

Un petit historique de la méthode Pomodoro

Francesco Cirillo, l’inventeur, était en première année de fac et il avait l’habitude d’étudier sur le campus. Enfin, étudier est un bien grand mot… il avait tellement de difficultés à se concentrer, la fin de l’année arrivait et il se sentait tellement perdu qu’il s’est lancé un défi : arriver à se concentrer pendant 10 minutes d’affilée. Il a trouvé dans sa cuisine un minuteur en forme de tomate (Pomodoro donc) et s’est lancé. et il a eu beaucoup de mal à atteindre cet objectif, mais il s’est acharné, et y est arrivé. Par la suite il a affiné les temps de travail/pause qui lui convenaient.

Articles relatifs